Votre panier
Fermer Alternative Icône
Un message à nos clients concernant COVID 19. Les commandes ne seront provisoirement servies qu'aux États-Unis et en Europe. Un message à nos clients concernant COVID 19. Les commandes ne seront provisoirement servies qu'aux États-Unis et en Europe. Veuillez noter que les commandes peuvent être retardées pendant cette période. Désolé pour le dérangement.

Parfum The Original

Albert Fouquet, fils d'un aristocrate parisien, faisait partie de l'élite de la société française du début du XXe siècle et était un connaisseur de parfums. Dans une pièce située à l'étage supérieur du château familial, Fouquet a créé et perfectionné diverses essences pour son usage personnel - aidé par Philippe, le majordome de la famille. Lors des événements sociaux, il surprenait tout le monde avec un parfum exquis qui devenait de plus en plus demandé dans le cercle social exclusif qu'il fréquentait. Cependant, Fouquet refusait continuellement les propositions de commercialisation de son parfum.

Une nuit de ses vacances d'été en 1937 sur la Côte d'Azur, Albert rencontre et s'entend très bien avec une jeune étudiante américaine qui fait le tour de France en décapotable : John F. Kennedy. Quelques minutes après avoir été présenté, J.F.K.est captivé par l'essence que porte Albert. Le charme et la convivialité de John persuadent Albert de lui laisser un échantillon de son parfum avec une note à l'hôtel le lendemain matin :

"Dans ce flacon, vous trouverez la touche de glamour français qui manque à votre personnalité américaine."

Au retour de ses vacances, Albert reçoit une lettre de John aux États-Unis qui le remercie pour ce geste aimable et l'informe du succès que son parfum rencontre auprès de ses amis. Il a demandé à Albert de lui envoyer huit échantillons,"et si votre production le permet, un autre pour Bob".

Sans comprendre parfaitement la demande, Albert a décidé d'envoyer un carton avec suffisamment d'échantillons pour compenser les frais de transport. Son perfectionnisme s'étend non seulement au parfum mais à tout ce qui l'entoure. Il n'a pas rempli la commande jusqu'à ce que Philippe trouve dans une pharmacie parisienne quelques beaux flacons en verre qu'Albert considérait comme adaptés à son parfum. Finalement, il a commandé plusieurs boîtes décorées du même motif que la chemise que portait J.F.K. lorsqu'ils se sont rencontrés, puis a étiqueté les bouteilles et les boîtes avec l'amusante demande de Philippe : "EIGHT & BOB".

Albert a été surpris quelques mois plus tard lorsqu'il a commencé à recevoir des lettres d'Amérique avec des demandes de divers réalisateurs, producteurs et acteurs d'Hollywood tels que Cary Grant et James Stewart. Tous voulaient le parfum "EIGHT & BOB" qu'ils avaient apparemment découvert par l'intermédiaire du père de John, qui avait entretenu des relations avec des stars connues en raison de ses précédentes entreprises dans l'industrie du cinéma.

Malheureusement, le succès de son parfum ne se répandra pas beaucoup plus loin. Au printemps 1939, Albert meurt dans un accident de voiture près de Biarritz (France). Philippe, seul à pouvoir traiter les commandes, ne poursuivra le travail que pendant quelques mois, car le début de la Seconde Guerre mondiale l'oblige à quitter son emploi dans la famille Fouquet. Lors des dernières expéditions, Philippe a caché les flacons dans des livres qu'il a soigneusement découpés à la main pour éviter que les nazis ne s'emparent du parfum.

Des décennies plus tard, la formule de "EIGHT & BOB" a été entièrement récupérée, ainsi que son processus de production soigneusement élaboré. Une fois de plus, il est devenu l'un des parfums les plus exclusifs, préféré par les hommes et les femmes les plus élégants du monde.

Retour au produit